Lire notre ligne éditoriale

Lire notre ligne éditoriale

Plume 300x300Les troubles neurodéveloppementaux et
leur incidence sur la trajectoire de vie

Une situation qui s’aggrave

Les diagnostics de trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité, le TDAH, les troubles DYS, les troubles du spectre de l'Autisme, le TSA, et de façon générale l’ensemble des troubles neurodéveloppementaux sont en constante augmentation depuis quelques années.

Les solutions habituelles

La médication : une solution qui divise

Prenons l’exemple de la France : Les résultats témoignent d'une augmentation de prescription de +116 % sur la période donnée, soit une prescription doublée en 10 ans.

D'après la Haute Autorité de santé, le nombre de patients traités en 2019 serait autour de 90.000, un chiffre à mettre en perspective avec le nombre d'enfants et d'adolescents souffrant de TDAH (entre 191 000 et 480 000).

La cocaïne des enfants

Ce produit se trouve d'ailleurs officiellement parmi les « substances classées comme stupéfiants ». Dans un article du 1er février 2019, la « revue médicale Prescrire » souligne également ses effets indésirables cardiovasculaires et neuropsychiques parfois graves. Il est à proposer uniquement en dernier recours, en cas d'échec de mesures non médicamenteuses."

Par ailleurs, les thérapies cognitives et/ ou comportementales seules sont peu efficaces sur les symptômes cardinaux – l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité –, même si elles contribuent à améliorer le quotidien en agissant sur les retentissements du TDAH. 

Solutions ou problèmes

La plupart du temps, les solutions proposées concernent les symptômes sans tenir compte des causes qui les provoquent.

Il ne semble pas y avoir d’autres solutions que d’avoir recours aux différents spécialistes des symptômes diagnostiqués.

C’est alors la multiplicité des prises en charge de rééducation, de remédiation, de soutien de tous ordres qui étouffent l’enfant, le stigmatise davantage et qui harassent les parents.

Trouble ou résilience

A ne considérer que les troubles, les aptitudes de l’enfant sont alors reléguées au second plan, au lieu de faciliter ses facteurs de résilience et d’aider l’enfant et sa famille à réparer le lien affectif dont la distension est la source d’une souffrance surajoutée et souvent muette.

La NEUROTHÉRAPIE 

Une approche globale pour l’éducation et la santé

La neurothérapie, par son approche globale est une intervention non médicamenteuse incontournable pour l’éducation et la santé.

Son action, préventive et précoce aide les enfants, accompagnés par leurs familles, à optimiser leur développement et leurs apprentissages.

Les méthodes de Biofeedback et de Neurofeedback utilisées par un praticien qualifié s’appuient sur des milliers de publications parues depuis une cinquantaine d’années; elles répondent aux critères scientifiques les plus récents et confirment leur efficacité et leur intérêt lors de la présence de troubles neurodéveloppementaux, tels que le TDAH, le Trouble du spectre de l’Autisme, les troubles DYS  et plus largement lors des difficultés dans les comportements moteurs, cognitifs,émotionnels et leurs interactions psychosociales. 

Une application des neurosciences :

Des méthodes complémentaires éprouvées renforcent l’efficacité de la neurothérapie et démontre quotidiennement la validité de son modèle basé sur la causalité systémique du développement humain au carrefour des neurosciences et notamment de la neurologie, de la physiologie et de la psychologie.

Un modèle observationnel

neurotherapie graphique 300

Nos hypothèses reposent sur une pratique professionnelle auprès de plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont des enfants présentant des troubles neurodéveloppementaux et des adultes, douloureux chroniques ou/et des troubles cognitivo-émotionnels.

Ces observations nous ont conduits à confirmer les données scientifiques à propos de leur origine génétique ou épigénétique et à émettre l’hypothèse selon laquelle le trouble neurodéveloppemental peut apparaître chez l’enfant, dès la vie intra-utérine, et plus particulièrement dès la naissance.

Des solutions simples et adaptées

Dans nos prochains articles nous explorerons les liens unissant les différents éléments de cette proposition de modèle et leurs conséquences sur la qualité de vie des enfants et des adultes. Nous expliciterons les solutions proposées qui sont adaptées à chaque personne et pour chaque situation, comme par exemple :

  • L’évaluation initiale de la posture, du sommeil, des fonctions cérébrales, cognitives et émotionnelles et de l'état de stress chez l'enfant ou chez l'adulte.
  • L’utilisation de la rétroaction biologique pour l’apprentissage de nouveaux comportements, c’est-à-dire, le Biofeedback et le Neurofeedback,
  • Des méthodes complémentaires associées à la préconisation d’exercices quotidiens et/ou de conseils éducatifs impliquant la collaboration essentielle des parents.  

signature joel 1


 

Pourquoi le “vrai” Neurofeedback?

BCIA Gold smallExiste-t-il un “faux” neurofeedback?

Drôle d’entrée en matière pour mon premier article du blog du neurofeedback, me direz-vous. Je vous l’accorde.

Preuve en serait cette question qui émane d'une demande d'information qui m’a été adressée aujourd’hui:

Bonjour,
j'ai fait énormément de recherches sur le vrai biofeedback. J'ai cherché sur des annuaires. A chaque fois on y parle de ‘neuroptimal’. Je ne sais pas si c'est la même chose. Avez vous des contacts, praticiens SÛRS pratiquant le neurofeedback s'il vous plaît dans les Départements du.... ?
Je vous remercie

- Cette question exige une réponse URGENTE! Je dois donc en tout premier lieu y répondre

A l'évidence, cet internaute a raison. Moi même, en consultant la barre de Google.fr, je ne reconnais pas du tout la méthode que j’applique depuis plusieurs années  Avez-vous déjà fait-vous même l’expérience?. Le résultat est éloquent!

Il n’en fallait pas plus pour m'inciter à débuter ce blog par une réponse claire et rassurante. Bien sûr, je vous expliquerai au fil du temps et des articles ce qui a fait notre réussite professionnelle grâce au Neurofeedback. Que ce soit auprès de plusieurs centaines d’enfants qui présentaient des troubles du développement et des apprentissages. Comme auprès d'adultes aux prises à des douleurs et des troubles d’équilibre chroniques.  Sans oublier les cadres supérieurs ou dirigeants d’entreprise et des sportifs à la recherche de meilleures performances dans leur domaine.

L’Alliance de Certification en Biofeedback, la BCIA

Notre expérience dans ce domaine est solide. Elle repose sur la pratique du Neurofeedback au Canada depuis de nombreuses années. D”ailleurs, notre pratique du Neurofeedback est reconnue "conforme aux bonnes pratiques” recommandées depuis plus de 25 ans par l’association internationale de certification en biofeedback, la BCIA.

Un avis de l’Ordre des Psychologues du Québec

De plus, l’ordre des psychologues du Québec, l’OPQ, accrédite la formation délivrée par l’Institut Neurosens  . Cette formation est aussi dispensée dans d’autres pays francophones et en français depuis le début 2017.

Alors! qu’en est-il exactement?

Qu’est-ce que le Neurofeedback?

001 livre blanc du neurofeedbackLe livre blanc du Neurofeedback

Obtenez facilement une réponse claire et détaillée. Sans plus attendre, Téléchargez GRATUITEMENT en cliquant sur le lien suivant:  le “livre blanc du neurofeedback”. Puis lisez ce livre écrit pour vous, en français:

Il contient toute l’histoire de cette science clinique depuis ses débuts. Notamment depuis l’invention de l’électroencéphalographie par Hans Berger en 1920. Vous y trouvez les différents domaines d’applications ainsi que les niveaux d’efficacité fondées sur la “médecine basée sur les preuves”. Au final, vous comprenez pourquoi il est si important de suivre une formation solide et rigoureuse pour en retirer les meilleurs bénéfices.

Les conditions générales de la pratique du neurofeedback

Mais en tout cas je vous rassure! Il ne faut pas être neurologue pour intégrer cette pratique. L’Ordre des technologues en imagerie médicale du Québec  le reconnait. Dans la mesure où l’EEG est utilisé dans le but d’un entraînement cérébral et non pas comme outil diagnostic ou bien pour la prescription d’un médicament, cet acte n’est pas un acte réservé. D'ailleurs, il y a bien des domaines de l’industrie où on effectue ces mesures EEG pour étudier de nombreux comportements humains, comme par exemple en neuromatketing 

Même plus, gageons que bientôt de nombreux jouets munis de cet appareillage seront offerts à nos enfants à l’occasion des fêtes de fin d’année. Ce qu’illustre, par exemple, des études récentes menées par le constructeur automobile NISSAN

Par contre, n’allez pas croire qu’il suffise de savoir “brancher” le client et d’appuyer sur un bouton d'ordinateur pour savoir pratiquer le Neurofeedback.

Voici 5 qualités essentielles pour être un bon praticien en Neurofeedback:

1 - L’ESPRIT SCIENTIFIQUE

002 galilee et la mesurescience et mesure

"Être un homme de science, c'est mesurer ce qui est mesurable et rendre mesurable ce qui ne l’est pas” - GALILÉE -

Mesurer pour comprendre : le coeur de la méthode de Neurofeedback est manifestement l’électro-encéphalographie quantitative, l’ EEGq. Cette méthode de mesure par neuro imagerie fonctionnelle est à la base des protocoles ciblés pour l’entraînement cérébral. L’évaluation initiale par EEGq est simple à réaliser, peu coûteuse et absolument non-invasive. Il s’agit simplement de recueillir l'activité électrique avec un capteur apposé sur le cuir chevelu. Puis, il suffit d’amplifier ce signal et de le décoder par bandes de fréquence afin d’en retirer un tracé lisible.

On compare ensuite cette activité à une base de données normatives en vue d’obtenir une "cartographie cérébrale”. Il est alors possible de corréler les troubles fonctionnels observés et les dysfonctionnements cérébraux ainsi mesurés.

003 EEGqElectroencephalographie quantitative

2 - L'HUMANISME

004 groupe dhumains

"Être humain c’est aimer les hommes, être sage c’est les connaître” - LAO TSEU -

Dans le domaine du Neurofeedback et donc de façon plus générale celui de la santé, il faut se tourner vers le courant né il y a une trentaine d’années aux États-Unis. Son but est de donner, en priorité, à l’acte médical un sens humain. Ses fondements reposent sur un ensemble de connaissances en psychologie des émotions. Il est reconnu scientifiquement et fondé sur l’exigence d'une médecine humaniste. Pour en savoir plus sur le contexte biopsychosocial qui est à la base de l’éducation thérapeutique indispensable à fournir à chaque participant à un programme de Neurofeeback, je vous recommande le livre de Jacque Corraze, le “déclin de la médecine humaniste”.

3 - L’ ACCOMPAGNEMENT

005 accompagnement neurofeedback

Accompagner quelqu’un, c’est se placer ni devant, ni derrière, ni à la place. C’est d'être à côté. - JOSEPH TEMPLIER -  

Il est nécessaire d’être un accompagnateur empreint d'empathie et très actif, comme l’est un bon “prof”. Le Neurofeedback est assurément et en tout premier lieu, une méthode d’apprentissage. Comment serait-il possible de changer des comportements et donc d’améliorer ou d’optimiser certaines de nos fonctions sans recourir à la création de nouveaux apprentissages? Pour y parvenir, l’accompagnateur joue un rôle très important et constant tout au long du programme d’entraînement cérébral par Neurofeedback.

4 - L'ENGAGEMENT

006 engagementEntente par consentement mutuel

Cet engagement, passé entre nous deux, nous l’avons tenu. - PAUL BOURGET -

L'engagement est une qualité importante que  le futur participant doit immédiatement percevoir. Elle est distinctive d’un bon accompagnateur en Neurofeedback. Trop souvent, l’engagement se limite à l’acte technique dispensé et se réduit au temps minuté d’utilisation de la “machine". Cette  façon de présenter le Neurofeedback dénote l’absence d’implication professionnelle. Il s'agit bien souvent d’un changement complet de paradigme.  cette conduite est évidemment diamétralement à l’opposée de la prise en charge indispensable lors de la mise en route d’un programme de Neurofeedback. Même plus, l’engagement mutuel et son contenu doivent faire partie d’un contrat de consentement libre et éclairé, expliqué et signé par le participant.

5 - LA COOPÉRATION

007 Travail dequipe

Lorsque deux forces sont jointes, leur efficacité est double. - ISAAC NEWTON -

La pluridisciplinarité est un facteur important d’aide et de réussite dans le parcours d’un programme de Neurofeedback. Vous vous doutez que cette complémentarité  est souvent nécessaire. L’une des principales raisons consiste à renforcer l’accompagnement en abordant d’un autre angle des problématiques qui nécessitent l’intervention de collaborateurs spécialisés. Lors de la prise en charge d'un enfant Dys, par exemple, il devient très souvent utile d’engager un travail collatéral avec ses parents.  Cette démarche est à mettre en place le plus tôt possible. A la première rencontre vous vous rendrez compte facilement de l’influence négative de certains points concernant l’éducation de cet enfant. N'oubliez jamais que les rapports de l'enfant avec le monde dépendent en très grande partie de son contexte familial et de la qualité de son lien d’attachement. D'ailleurs, Ce lien s’établit depuis sa conception, déjà durant la vie intra-utérine...

Un puissant renforçateur de l’union familiale

L’apport d’une intervention en “parentalité” par un spécialiste fait partie de l’équation gagnante. Elle doit être préconisée rapidement dans le processus de l’entraînement cérébral par Neurofeedback. Ce travail en collaboration est très puissant. Le nombre important de couples séparés et de familles désunies est considérable. Cette situation est trop souvent le contexte habituel de vie pour l’enfant Dys. Un programme  d'entraînement cérébral par Neurofeedback bien conduit est une aide incontestable pour toute la famille. Il favorise le retour à l’harmonie de la cellule familiale si souvent malmenée par la souffrance de chacun.

Pour conclure...

La liste des qualités requises pour établir une relation humaine indispensable dans le paradigme d’entraînement cérébral par Neurofeedback n’est pas exhaustive. D’ailleurs, nous aurons l’occasion d’en détailler de nombreuses autres au fil de nos discussions.

Dans le prochain sujet de ce blog du neurofeedback nous aborderons les indications du Neurofeedback EEGq et s’intitulera:

Biofeedback ou Neurofeedback?

J'espère que les inquiétudes exprimées par l’internaute dans le message du début de l’article sont maintenant dissipées.  La lecture du livre blanc sur le Neurofeedback  doit y contribuer amplement. Il vous apporte une information objective et utile dans ce domaine si méconnue en Europe, notamment en France. J’espère aussi que chaque article publié sur blog du Neurofeedback  puisse y contribuer utilement et efficacement. 

Pour toutes ces bonnes raisons, n’oubliez pas de me faire part de vos commentaires ci-dessous, et n'hésitez pas à me suggérer des thèmes concernant la pratique du biofeedback et du neurofeedback.

A très vite...
Joël