Lire notre ligne éditoriale

Lire notre ligne éditoriale

Plume 300x300Les troubles neurodéveloppementaux et
leur incidence sur la trajectoire de vie

Une situation qui s’aggrave

Les diagnostics de trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité, le TDAH, les troubles DYS, les troubles du spectre de l'Autisme, le TSA, et de façon générale l’ensemble des troubles neurodéveloppementaux sont en constante augmentation depuis quelques années.

Les solutions habituelles

La médication : une solution qui divise

Prenons l’exemple de la France : Les résultats témoignent d'une augmentation de prescription de +116 % sur la période donnée, soit une prescription doublée en 10 ans.

D'après la Haute Autorité de santé, le nombre de patients traités en 2019 serait autour de 90.000, un chiffre à mettre en perspective avec le nombre d'enfants et d'adolescents souffrant de TDAH (entre 191 000 et 480 000).

La cocaïne des enfants

Ce produit se trouve d'ailleurs officiellement parmi les « substances classées comme stupéfiants ». Dans un article du 1er février 2019, la « revue médicale Prescrire » souligne également ses effets indésirables cardiovasculaires et neuropsychiques parfois graves. Il est à proposer uniquement en dernier recours, en cas d'échec de mesures non médicamenteuses."

Par ailleurs, les thérapies cognitives et/ ou comportementales seules sont peu efficaces sur les symptômes cardinaux – l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité –, même si elles contribuent à améliorer le quotidien en agissant sur les retentissements du TDAH. 

Solutions ou problèmes

La plupart du temps, les solutions proposées concernent les symptômes sans tenir compte des causes qui les provoquent.

Il ne semble pas y avoir d’autres solutions que d’avoir recours aux différents spécialistes des symptômes diagnostiqués.

C’est alors la multiplicité des prises en charge de rééducation, de remédiation, de soutien de tous ordres qui étouffent l’enfant, le stigmatise davantage et qui harassent les parents.

Trouble ou résilience

A ne considérer que les troubles, les aptitudes de l’enfant sont alors reléguées au second plan, au lieu de faciliter ses facteurs de résilience et d’aider l’enfant et sa famille à réparer le lien affectif dont la distension est la source d’une souffrance surajoutée et souvent muette.

La NEUROTHÉRAPIE 

Une approche globale pour l’éducation et la santé

La neurothérapie, par son approche globale est une intervention non médicamenteuse incontournable pour l’éducation et la santé.

Son action, préventive et précoce aide les enfants, accompagnés par leurs familles, à optimiser leur développement et leurs apprentissages.

Les méthodes de Biofeedback et de Neurofeedback utilisées par un praticien qualifié s’appuient sur des milliers de publications parues depuis une cinquantaine d’années; elles répondent aux critères scientifiques les plus récents et confirment leur efficacité et leur intérêt lors de la présence de troubles neurodéveloppementaux, tels que le TDAH, le Trouble du spectre de l’Autisme, les troubles DYS  et plus largement lors des difficultés dans les comportements moteurs, cognitifs,émotionnels et leurs interactions psychosociales. 

Une application des neurosciences :

Des méthodes complémentaires éprouvées renforcent l’efficacité de la neurothérapie et démontre quotidiennement la validité de son modèle basé sur la causalité systémique du développement humain au carrefour des neurosciences et notamment de la neurologie, de la physiologie et de la psychologie.

Un modèle observationnel

neurotherapie graphique 300

Nos hypothèses reposent sur une pratique professionnelle auprès de plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont des enfants présentant des troubles neurodéveloppementaux et des adultes, douloureux chroniques ou/et des troubles cognitivo-émotionnels.

Ces observations nous ont conduits à confirmer les données scientifiques à propos de leur origine génétique ou épigénétique et à émettre l’hypothèse selon laquelle le trouble neurodéveloppemental peut apparaître chez l’enfant, dès la vie intra-utérine, et plus particulièrement dès la naissance.

Des solutions simples et adaptées

Dans nos prochains articles nous explorerons les liens unissant les différents éléments de cette proposition de modèle et leurs conséquences sur la qualité de vie des enfants et des adultes. Nous expliciterons les solutions proposées qui sont adaptées à chaque personne et pour chaque situation, comme par exemple :

  • L’évaluation initiale de la posture, du sommeil, des fonctions cérébrales, cognitives et émotionnelles et de l'état de stress chez l'enfant ou chez l'adulte.
  • L’utilisation de la rétroaction biologique pour l’apprentissage de nouveaux comportements, c’est-à-dire, le Biofeedback et le Neurofeedback,
  • Des méthodes complémentaires associées à la préconisation d’exercices quotidiens et/ou de conseils éducatifs impliquant la collaboration essentielle des parents.  

signature joel 1


 

Marion Kieffer, sophrologue et neurothérapeute, témoigne de sa reconversion professionnelle

Dans cet article, nous avons décidé de vous partager le témoignage d’une professionnelle du secteur de la santé : Marion, Sophrologue certifiée RNCP (2021) et Neurothérapeute formée à l’Institut Neurosens (2022). Pour elle, la neurothérapie est bien plus qu’une simple reconversion professionnelle ; c’est une vocation, un engagement profond, une manière de mettre ses compétences au service de ceux qui en ont besoin.

Marion a déjà animé un atelier virtuel au sein du Cercle des Neurothérapeutes (réservé aux membres en activité), en octobre 2023, sur le thème : La Sophrologie, le Biofeedback et le Neurofeedback EEGq : un triptyque puissant ! C’est avec grand plaisir que nous lui donnons la parole aujourd’hui !

MARION TÉMOIGNE

« Je suis actuellement en pleine exploration de toutes les possibilités qu’offre la neurothérapie en termes d’outils d’accompagnement. Il est important pour moi de proposer les soins les plus adaptés aux besoins profonds des personnes qui poussent la porte de mon cabinet ».

CE QU’ELLE CHERCHAIT AVANT LA NEUROTHÉRAPIE

« Mon parcours initial en sophrologie m’a permis de comprendre l’importance de la connexion entre le corps et l’esprit dans le processus d’apaisement ou de réparation. »

Marion explique qu’il manquait malgré tout quelque chose à sa pratique : une façon neutre et objective d’observer concrètement les résultats ressentis par ses clients séances après séances, à la fois mentalement et physiquement.

« Mes clients se sentaient mieux grâce à la sophrologie. C’était pour eux une sorte de massage de l’esprit. Écouter leurs corps s’exprimer à travers cela était souvent une première, des fois même une révélation. »

En effet, la majorité des clients de Marion se considéraient en “bonne santé” lorsqu’ils n’avaient aucun symptôme de maladie.

Or, durant notre échange, Marion revient sur le fait qu’être en bonne santé, ce n’est pas seulement “ne pas être malade” mais cela veut aussi dire qu’on se sent apaisé mentalement, spirituellement et qu’on se sent bien dans son corps, avec les capacités et les limites dont on dispose”.

C’est d’ailleurs le message que veut faire passer la HAS (Haute Autorité de Santé) à travers sa définition du mot “santé” :

« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. » – HAS

Marion explique que beaucoup de ses clients avaient du mal à mettre des mots sur leurs ressentis. Ils ne comprenaient pas toujours bien d’où leurs maux venaient et ce qu’ils devaient faire pour aller mieux. La sophrologie leur faisait prendre conscience des douleurs qu’ils ressentaient et des ressources dont ils disposaient pour y faire face. La pratique quotidienne leur permettait de mieux se préparer à affronter des difficultés quotidiennes.

Cependant, Marion souhaitait saisir l’insaisissable et comprendre le fonctionnement profond qui sous-tend ces douleurs, ces ressentis, ces guérisons.

CE QU’ELLE A TROUVÉ

“En ajoutant la dimension de la neurothérapie à ma pratique, j’approfondis toujours plus cette compréhension globale du corps humain en explorant les mécanismes neurophysiologiques et psychophysiologiques qui sous-tendent nos émotions, nos comportements et nos sensations physiques.”

entraînement neurofeedback EEGq

Nous sentons dans ses paroles à quel point Marion est engagée et passionnée par son métier. Elle se fait une joie de se lever le matin, de prendre son vélo et de se rendre sur son lieu de travail, qu’elle considère désormais comme un havre de paix, de bienveillance et d’écoute mutuelle entre ce que lui livrent ses clients et ce qu’elle leur transmet en terme d’explications et de conseils.

OBSERVER ET ÉCOUTER

Notre devise à l’Institut Neurosens, “Mesurer pour mieux comprendre”, prend tout son sens pour elle. Elle ajoute :

« En effet, ce que nous observons est souvent ce que nous comprenons. Alors, lorsque nous nous engageons dans une thérapie, nous commençons par observer et écouter attentivement, car c’est là que réside le point de départ de la compréhension et de la transformation. »

MESURER POUR COMPRENDRE

Marion explique ensuite que ce qui lui plaît en neurofeedback EEGq et en biofeedback, c’est d’observer des mouvements et des comportements invisibles ou inconscients, afin de les rendre visibles et conscients.

« L’activité neuronale, la posture, l’attitude et les émotions, les tensions musculaires, la respiration, la variabilité de la fréquence cardiaque, le sommeil… sont des exemples de ce qui se passe dans le corps et le cerveau et dont on n’a pas conscience naturellement dans notre quotidien. Ils révèlent des choses importantes sur le fonctionnement de tout être humain. »

graphique

PRENDRE CONSCIENCE

Différents mécanismes d’apprentissage sont actifs et sous-jacents au Neurofeedback et au Biofeedback, dont entre autres :

  • Le conditionnement opérant
  • La prise de conscience de ses états physiques et émotionnels

Marion met l’accent sur l’importance de ces prises de conscience.

“En tant que thérapeutes, notre rôle est d’aider nos clients à développer la conscience d’eux-mêmes en leur offrant un espace sûr et non-jugeant pour explorer leurs pensées et leurs émotions. Nous encourageons l’observation sans jugement, la curiosité et l’acceptation de soi, afin d’apprendre à se comprendre et à s’accepter pleinement. Dès que ces prises de conscience émergent, nous pouvons commencer à identifier les schémas récurrents, les déclencheurs et les réponses automatiques qui peuvent contribuer à nos difficultés. Cette prise de conscience nous permet ainsi d’explorer les liens complexes qui lient nos expériences passées à nos croyances limitantes et nos comportements actuels.”

Elle cite Carl Sagan en rigolant :

« La première étape pour changer est de devenir conscient de nos propres illusions, nos propres préjugés et nos propres aveuglements. » – Carl Sagan

ÉVOLUER

Marion voit la neurothérapie comme un processus d’évolution. Elle explique :

“C’est un processus continu et évolutif. C’est en cultivant cette capacité à être présent à soi-même et à ses expériences que l’on peut véritablement commencer à s’épanouir et à trouver un sentiment de paix intérieure.

On sent à travers ses paroles qu’elle est pleine de sensibilité et de douceur.

Elle continue :

« Pour moi, la neurothérapie ne se limite pas à une série de techniques ou de protocoles à suivre de manière rigide. C’est un chemin d’évolution personnelle et professionnelle, à la fois pour mes clients et pour moi en tant que thérapeute. Chaque personne est unique, avec ses propres défis, ses propres ressources et son propre chemin vers le bien-être. "

Marion 004LES ENGAGEMENTS DE MARION

L’engagement de part et d’autre est un point important qui permet de créer l’alliance thérapeutique. Mes clients savent qu’ils peuvent compter sur moi tout au long de leur processus de transformation.
De mon côté, je m’engage à être un guide attentif et compatissant sur le chemin de la découverte de soi et du changement positif des personnes que j’accompagne.

Dans ces conditions, explorer son potentiel et surmonter ses difficultés peut se faire avec confiance. En cultivant un espace accueillant, bienveillant et ouvert à l’expression, j’aide mes clients à développer une plus grande conscience d’eux-mêmes. Ils sont alors à l’aise pour établir de nouvelles connexions profondes avec leurs ressources intérieures.”

SON RÔLE

“Mon rôle est de faciliter ce processus d’évolution en fournissant un soutien motivant, des outils efficaces et des perspectives éclairantes.
Mon rôle est également de rester informée des dernières avancées dans le domaine neuroscientifique. En continuant à me former et à me perfectionner, j’offre des pratiques et techniques disponibles et ciblées.”

Marion précise qu’elle aime découvrir de nouvelles approches pour enrichir son travail et améliorer ses résultats.

cabinet Marion

“Enfin, mon rôle est bien évidemment de célébrer les succès et les progrès de mes clients !! A toutes les étapes du processus, les changements méritent d’être reconnus et salués.

Quel bonheur d’honorer les petites et grandes victoires vers la santé et le bien-être !

Le client se sent fier de lui et moi, je me sens utile.”

ET POUR FINIR…

Si Marion devait résumer son métier en un mot ce serait… : adaptation.

Quand on lui demande pourquoi elle répond :

« Pour qu’une thérapie fonctionne, le thérapeute doit se surpasser. Il doit comprendre les préoccupations de ses clients, leurs émotions et leurs besoins. Et il doit aimer faire ça. C’est en quelque sorte la recette d’une relation thérapeutique basée sur le respect intégral de l’autre. Les approches ne sont pas les mêmes d’un adulte à l’autre, d’un enfant à l’autre, d’un adolescent à l’autre, etc. »

« Il existe tellement de pathologies, de troubles ou de façons différentes d’exprimer ses maux qu’on est toujours surpris de voir à quel point l’espèce humaine peut se manifester de manière variée. Chaque individu apporte avec lui ses propres bagages et expériences uniques, ce qui signifie qu’aucune approche thérapeutique n’est universellement applicable à tous. C’est pourquoi le neurothérapeute doit être capable de s’adapter avec agilité et créativité à cette diversité de besoins et de circonstances. Cette réalité exige une ouverture d’esprit et une curiosité orientée vers l’apprentissage et l’amélioration de soi. »

SA SATISFACTION

« J’aime le fait que mes clients puissent y voir plus clair dans leur vision d’eux-mêmes et du monde, leurs intuitions et leurs doutes. J’aime être présente pour eux et les orienter grâce aux outils scientifiques fiables et adaptés dont je dispose.”

Sur ces mots, nous remercions Marion pour ses explications et son témoignage franc et sincère, plein d’émotions et de belles valeurs. Nous sentons Marion épanouie et comblée, et sommes fiers, en tant qu’institut de formation, d’avoir pu faire émerger en elle la passion de ce métier novateur.

Marion se fait une joie de conseiller d’autres sophrologues qui souhaitent s’orienter vers la neurothérapie. Elle se tient disponible pour répondre à leurs questions. Nous lui en sommes très reconnaissants et restons joignables pour toute demande ou conseil d’autres professionnels souhaitant ajouter des données chiffrées à leurs consultations ou profession.

Voici comment contacter Marion Kieffer :

10 Rue de la JaugeSélestat, 
Grand Est
France 67600
0676324712

Contacter l’Institut Neurosens

A bientôt !
Guylaine et Joël