Lire notre ligne éditoriale

Lire notre ligne éditoriale

Plume 300x300Les troubles neurodéveloppementaux et
leur incidence sur la trajectoire de vie

Une situation qui s’aggrave

Les diagnostics de trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité, le TDAH, les troubles DYS, les troubles du spectre de l'Autisme, le TSA, et de façon générale l’ensemble des troubles neurodéveloppementaux sont en constante augmentation depuis quelques années.

Les solutions habituelles

La médication : une solution qui divise

Prenons l’exemple de la France : Les résultats témoignent d'une augmentation de prescription de +116 % sur la période donnée, soit une prescription doublée en 10 ans.

D'après la Haute Autorité de santé, le nombre de patients traités en 2019 serait autour de 90.000, un chiffre à mettre en perspective avec le nombre d'enfants et d'adolescents souffrant de TDAH (entre 191 000 et 480 000).

La cocaïne des enfants

Ce produit se trouve d'ailleurs officiellement parmi les « substances classées comme stupéfiants ». Dans un article du 1er février 2019, la « revue médicale Prescrire » souligne également ses effets indésirables cardiovasculaires et neuropsychiques parfois graves. Il est à proposer uniquement en dernier recours, en cas d'échec de mesures non médicamenteuses."

Par ailleurs, les thérapies cognitives et/ ou comportementales seules sont peu efficaces sur les symptômes cardinaux – l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité –, même si elles contribuent à améliorer le quotidien en agissant sur les retentissements du TDAH. 

Solutions ou problèmes

La plupart du temps, les solutions proposées concernent les symptômes sans tenir compte des causes qui les provoquent.

Il ne semble pas y avoir d’autres solutions que d’avoir recours aux différents spécialistes des symptômes diagnostiqués.

C’est alors la multiplicité des prises en charge de rééducation, de remédiation, de soutien de tous ordres qui étouffent l’enfant, le stigmatise davantage et qui harassent les parents.

Trouble ou résilience

A ne considérer que les troubles, les aptitudes de l’enfant sont alors reléguées au second plan, au lieu de faciliter ses facteurs de résilience et d’aider l’enfant et sa famille à réparer le lien affectif dont la distension est la source d’une souffrance surajoutée et souvent muette.

La NEUROTHÉRAPIE 

Une approche globale pour l’éducation et la santé

La neurothérapie, par son approche globale est une intervention non médicamenteuse incontournable pour l’éducation et la santé.

Son action, préventive et précoce aide les enfants, accompagnés par leurs familles, à optimiser leur développement et leurs apprentissages.

Les méthodes de Biofeedback et de Neurofeedback utilisées par un praticien qualifié s’appuient sur des milliers de publications parues depuis une cinquantaine d’années; elles répondent aux critères scientifiques les plus récents et confirment leur efficacité et leur intérêt lors de la présence de troubles neurodéveloppementaux, tels que le TDAH, le Trouble du spectre de l’Autisme, les troubles DYS  et plus largement lors des difficultés dans les comportements moteurs, cognitifs,émotionnels et leurs interactions psychosociales. 

Une application des neurosciences :

Des méthodes complémentaires éprouvées renforcent l’efficacité de la neurothérapie et démontre quotidiennement la validité de son modèle basé sur la causalité systémique du développement humain au carrefour des neurosciences et notamment de la neurologie, de la physiologie et de la psychologie.

Un modèle observationnel

neurotherapie graphique 300

Nos hypothèses reposent sur une pratique professionnelle auprès de plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont des enfants présentant des troubles neurodéveloppementaux et des adultes, douloureux chroniques ou/et des troubles cognitivo-émotionnels.

Ces observations nous ont conduits à confirmer les données scientifiques à propos de leur origine génétique ou épigénétique et à émettre l’hypothèse selon laquelle le trouble neurodéveloppemental peut apparaître chez l’enfant, dès la vie intra-utérine, et plus particulièrement dès la naissance.

Des solutions simples et adaptées

Dans nos prochains articles nous explorerons les liens unissant les différents éléments de cette proposition de modèle et leurs conséquences sur la qualité de vie des enfants et des adultes. Nous expliciterons les solutions proposées qui sont adaptées à chaque personne et pour chaque situation, comme par exemple :

  • L’évaluation initiale de la posture, du sommeil, des fonctions cérébrales, cognitives et émotionnelles et de l'état de stress chez l'enfant ou chez l'adulte.
  • L’utilisation de la rétroaction biologique pour l’apprentissage de nouveaux comportements, c’est-à-dire, le Biofeedback et le Neurofeedback,
  • Des méthodes complémentaires associées à la préconisation d’exercices quotidiens et/ou de conseils éducatifs impliquant la collaboration essentielle des parents.  

signature joel 1


 

Les troubles posturomoteurs chez l’enfant Dys

Les troubles posturomoteurs sont fréquemment associés à ceux du langage chez l’enfant Dys.

Les troubles spécifiques de l’apprentissage, (lecture, écriture ou mathématiques) et du développement (langage ou motricité) coexistent très souvent. La nouvelle version du DSM 5 inclut l’ensemble de ces troubles dans les troubles neuro-développementaux.

UNE ÉTIOLOGIE COMMUNE

Ils ont en commun de débuter pendant les phases initiales du développement et d’être fréquemment associés. On parle de comorbidités ou de co-occurrences. Ce qui suggére des bases étiologiques en partie communes.

LES TROUBLES MOTEURS

Les difficultés motrices des enfants dyslexiques peuvent concerner la motricité générale. Ils affectent d’autres domaines moteurs :

Celui de l’oculomotricité ou de la graphomotricité et de l’équilibre postural.

001 troubles neurodeveloppementauxLes troubles neurodéveloppementaux

La cause exacte de ces problèmes demeure inconnue. On assiste à de nombreuses controverses idéologiques. Au delà de ces controverses il existe un consensus actuel. Il est basé sur l’existence d’un trouble neurologique développemental avec des facteurs génétiques.

NOTRE POINT DE VUE!

L’un des buts de ce blog est de contribuer à une meilleure connaissance des possibilités du modèle neurointégré utilisé Neurofeedback. Nous pensons que la «médecine personnalisée” dans une approche de «santé intégrative” est actuellement une solution utile et efficace.

Elle est aussi le moyen de retrouver un équilibre entre l’Humanisme et les technologies biomédicales. Une réflexion s’impose sur cette coexistence de troubles neuro-développementaux.

Dans cet article, nous allons :

  1. Présenter brièvement les fondements et différentes pratiques de rééducation pour aider ces enfants.
  2. Documenter les relations entre le développement cérébral et celui de la motricité de l’enfant.
  3. Proposer un modèle neurointégré de ces troubles dans la pratique du Neurofeedback.

Introduction

Les différentes théories qui sous tendent ce champ d’application “neuro-développental» :

  • Le comportementalisme ou behaviorisme
  • Le cognitivisme
  • La pscyhanalyse

002 bases neurodeveloppementLes théories de base en neurodéveloppement

1- Fondements et pratiques en psychomotricité

Précisément pour les troubles posturomoteurs fréquemment associés à ceux du langage.

A- DÈS LE XIXÈME SIÈCLE EN EUROPE
– ERNST HAECKEL ET L’ÉVOLUTIONISME

Il faut remonter au XIXème siècle pour retracer l’origine de cette théorie de l’évolution appliquée au développement Humain:

«L”ONTOGENÈSE RÉCAPITULE LA PHYLOGÉNÈSE»

«L”ontogenèse récapitule la phylogénèse»

Ernst Haeckel 1834 -1919
Le darwinisme appliqué au développement humain: la théorie de la récapitulation:"L”ontogenèse récapitule la phylogénèse"

003 darwinismeLe darwinisme et la théorie de la “récapitulation»

QUAND L’INTUITION FONDE LA RAISON

La récapitulation est une théorie en biologie de l’évolution du développement énoncée par Ernst Haeckel. Ce concept exprime que l’ontogénie d’un organisme passe par des stades représentant les espèces ancestrales.

Haeckel a résumé sa théorie par la phrase « l’ontogenèse récapitule la phylogenèse ».

L’INTUITION ET LA RAISON EN SCIENCE

La pensée philosophique est fortement basée sur l’intuition.

Le savoir scientifique est concerné par cette faculté perceptive.

Elle fournit des références primaires à la pensée scientifique. En raison même de la complexité du savoir scientifique.

– RUDOLF STEINER ET L’ANTHROPOSOPHIE
Rudolf Steiner 1861 – 1925

Le père de “l’anthroposophie”. Il énonce des bases théoriques sur l’éducation. Il reprend le truisme de la théorie de la récapitulation sous la forme de l’anthropologie anthroposophique:

“ MARCHER, PARLER, PENSER »

L’homme est un équilibre labile d’instabilités potentielles.

Cette “unicité» apparaît déjà dans les trois phases de développement de la petite enfance.

C’est à dire, de tenir en équilibre, de marcher, puis d’apprendre à parler et penser.

La théorie de la récapitulationLa théorie de la récapitulation en science

Seul l’être humain peut acquérir ces trois facultés. Elles servent également de base pour la poursuite de l’apprentissage et du développement.

LA NAISSANCE DES ÉCOLES STEINER-WALDORF

Marcher-Parler-Penser
Download

L’observation de ces phases de développement est essentielle. Elle montre que l’activité motrice de l’enfant exerce une influence sur le corps de l’enfant. Elle fonde ses facultés cognitives.

005 ecole steinerÉcole STEINER

Les écoles Steiner-Waldorf sont encore très présentes aujourd’hui dans le Monde.

B- LA PREMIÈRE PARTIE DU XXÈME SIÈCLE AU USA

– TEMPLE FAY
Ce chirurgien de Washington se consacre à la réadaptation du patient neurologique atteint de lésions cérébrales.

Temple-Fay 1895 -1963

considère le développement ontogénétique comme une récapitulation du développement phylogénétique.
suggère de construire un “patron’ de mouvement. En rassemblant des mouvements de reptiles aux amphibiens rampants. Et en passant par les mouvements réciproques de mammifères «à quatre pattes», jusqu’à la marche des primates. Temple Fay décrit également les « réflexes de déverrouillage ». Ils permettent de réduire “l’hypertonie».
développe des mouvements de modèle progressifs basés sur ces idées et qui se composent de plusieurs étapes.
– CARL DELACATO ET LE PATTERNING
Carl Delacato 1923-2007 “Le langage est le résultat de l’organisation neurologique»

– GLENN DOMAN
Glenn Doman La méthode Doman créée dans les années 50 par le kinésithérapeute Glenn Doman (1919-2013). En collaboration avec le docteur en Sciences de l’Education Carl Delacato. Elle procède d’un ensemble d’outils thérapeutiques applicables aux enfants, voire aux nourrissons ayant subi des lésions cérébrales.

Le Patterning
Download

C- LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XXÈME SIÈCLE

– PAUL DENISSON ET LE BRAIN GYM

Paul Denisson

C’est un professionnel de l’éducation. Dans les années 60, ses recherches font école pour l’amélioration de la lecture et de sa relation avec le développement. Ce sont ces recherches qui constituent la base du travail en Brain Gym.

Paul Dennison
Download

– BEATRIZ PADOVAN ET LA RÉORGANISATION NEUROFONCTIONNELLE

Beatriz Padovan

Elle reprend le truisme de Steiner: «Marcher, parler, penser»

« Le processus évolutif de la marche prépare les chemins nerveux du langage Lui-même conduit à l’élaboration de la pensée. Ces trois activités accompagnent « le mûrissement » du système nerveux de l’homme. » Béatriz Padovan.

Orthophoniste, cette Brésilienne est à l’origine de la méthode de la réorganisation neuro-fonctionnelle.

– SALLY GODDART ET LES RÉFLEXES PRIMAIRES

Sally Goddart Blythe

Après de longues années en Californie, cette spécialiste rejoint dans les années 90 l’ Institut de psychologie neuro-développementale (INPP Ltd)

Sa communication à la 3e Conférence européenne traite du retard neurodéveloppemental chez les enfants présentant des difficultés d’apprentissage spécifiques .

– SVETLANA MASGUTOVA ET L’INTÉGRATION DES RÉFLEXES ARCHAÏQUES

Svetlana Masgutova

Psychologue russe, elle représente un courant important de la thérapie neurodéveloppementale. Après le neurologue tchécoslovaque, Vaclàv VOJTA, elle développe sa méthode d’intégration neurosensorimotrice des réflexes archaïques.

Résumons-nous!

Que faut-il retenir de ce premier chapitre sur historique de la psychomotricité à travers le Monde occidental ?
La pensée évolutionniste a servi pour l’essentiel des fondements à la plupart de ces différentes pratiques.

006 Larbre de levolution selon HaeckelL’arbre de Vie
dans L’évolution de l’homme (1879)

D- QU’EN EST-IL AUJOURD’HUI?

Ces différents courants de la psychomotricité fondés sur le béhaviorisme n’ont pas émergé en francophonie. Ils sont peu présents dans le système de santé français. C’est identique dans les autres pays francophones. La méthode de réorganisation neurofonctionnelle et celle de l’intégration des réflexes archaïques sont à la mode aujourd’hui. De nombreux orthophonistes, kinésithérapeutes et autres rééducateurs fréquentent ces formations.

Ces professionnels recherchent probablement des solutions aux nombreuses difficultés qu’ils rencontrent face aux enfants Dys. A l’inverse, peu d’écoles de l’Institut de formation des psychomotriciens réussissent, encore aujourd’hui, à s’extirper de l’influence psychanalytique.

– JACQUES CORRAZE ET JEAN-MICHEL ALBARET

Seule, l’école de psychomotricité de Toulouse, fondée et dirigée par Jacques Corraze, et actuellement par Jean-Michel Albaret a su évoluer.

En se dissociant de la psychanalyse elle s’est dirigée vers une vision plus intégrée des troubles sensori-moteurs.

Jean-Micel Albaret - Download

Jacques Corraze - Download

– FREDDY POTSCHKA

Une école privée présente une réelle synthèse de ces méthodes. Elle réunit les différents courants de l’est de l’Europe et des USA. Le forum neuro intégration. Il est dirigé depuis une trentaine d’années par Freddy Potschka.

2- Le modèle expérimental du développement cérébral atypique

Prenons comme exemple, les neurobiologistes et les neurologues. Ont-ils suivi cette évolution de la pensée dans leur démarche scientifique ?

LES POINTS COMMUNS

Des points communs sous-tendent les différentes théories et pratiques que nous venons d’exposer. Chez l’animal divers éléments neurophysiologiques forment la base des comportements moteurs “instinctifs-innés». Ils s’échelonnent dans un “continuum” allant des systèmes simples jusqu’à des comportements innés chez l’homme.

UN MODÈLE BÂTI SUR UNE APPROCHE « ÉTHOLOGIQUE »

ON PEUT RETENIR 3 ÉTAGES FONCTIONNELS:
  • les générateurs centraux de mouvements: les CPG ou “central pattern generators»
  • la réticulée mésencéphalique
  • le système limbique
LES GÉNÉRATEURS CENTRAUX DE MOUVEMENTS (CPG)

007 les generateurs centraux de mouvementsLes générateurs centraux de mouvements

Ces structures sont des groupes de cellules fonctionnellement organisées. Elles produisent des oscillations rythmiques auto entretenues pour réaliser des comportements nécessaires à la survie: nager, voler, se déplacer. C’est une première organisation fonctionnelle du contrôle de la locomotion. Les CPG s’échelonnent chez les primates du mésencéphale à la moelle.

LA RÉTICULÉE MÉSENCÉPHALIQUE

008 formation reticuleeLa formation réticulée

Au cours de l’évolution, les générateurs centraux de mouvements s’intègrent à la substance réticulée. Elle peut déclencher les «mouvements “essentiels” en situation de décérébration: mordre, marcher, se mouvoir, déglutir, orienter la tête. Des comportements de base de prédateur, de recherche de nourriture, de fuite et de comportements pour la survie. En connexion avec le cortex, la formation réticulée déclenche des réactions d’éveil. En dirigeant notre attention elle nous permet d’être “prêt à agir”.

LE SYSTÈME LIMBIQUE

009 systeme limbiqueLe système limbique

Ce système sous-tend chez les primates la possibilité de mémoriser. C’est à dire de “reconnaître”.

EXPRIMER DES “ÉMOTIONS”

010 emotion et systeme limbiqueCes trois systèmes sont des systèmes “archaïques” et sont en étroite relation fonctionnelle.

LE RÔLE DE CONTRÔLE INHIBITEUR DU CORTEX

011 niveaux cerveauLe cerveau Triinique de Mac Lean

le cerveau s’est construit en quelques millions d’années, à peine. Il s’est intégré de façon «adaptative»à ces différents systèmes.

LE MODÈLE DU CERVEAU TRIUNIQUE
– PAUL MAC LEAN, 1952

Les circuits moteurs ont été ainsi “mis sous contrôle”. Pour dégager une finesse discriminatoire de programmation et d’exécution. En phase avec les nouvelles nécessités imposées par le développement du langage et de la communication. Ces circuits ne sont pas exclus. Ils sont utilisés différemment. Les circuits vont demeurer présents. Ils pourront réapparaitre suivant les circonstances.

L’APPORT DE LA NEUROBIOLOGIE EXPÉRIMENTALE

L’étude de ces modules comportementaux par l’analyse de leurs composantes motrices représentent des “éthogrammes”. Ils ressurgissent s’ils sont libérés, soit:

  • par une décharge épileptique,
  • un dysfonctionnement des mécanismes du sommeil,
  • la réaction “d’éveil cortical» responsable des parasomnies.

LA MALADIE ÉPILEPTIQUE

C’est ce que nous apprennent les découvertes le plus récentes sur l’épilepsie. Particulièrement les méthodes de neuro imagerie fonctionnelle du cerveau. Le développement des réseaux neuronaux correspond à la mise en place des différentes fonctions. Les fonctions motrices, sensorielles et cognitives que sous-tend le cerveau. L’immaturité des réseaux neuronaux peut favoriser l’apparition de l’épilepsie. Il y aurait une relation étroite entre l’épilepsie et la maturation cérébrale

LA MATURATION CÉRÉBRALE

Le développement synaptique a été étudié de la naissance, à l’âge adulte. On note un profil de maturation d’après lequel: le «cerveau droit” devient mature avant le «cerveau gauche”.

012 cerveau droit cerveau gaucheCerveau droit et cerveau gauche

Le «cerveau occipital« devient mature avant le “cerveau frontal”.

013 cerevau frontal et occipitalCerveau frontal et cerevau occipital

LES TROUBLES NEURO-DÉVELOPPEMENTAUX ET L’ÉPILEPSIE

Les troubles neuro-développementaux sont assez fréquents chez les enfants atteints d’épilepsie. La comorbidité peut toucher jusqu’à 60% des sujets.

  • en fonction du type d’épilepsie.
  • et dépendant de la région du cerveau affectée,

On peut la considérer comme l’une des plus importantes.

Troubles neuro développementaux et enfant Dysle modèle du développement cérébral atypique

LA NEUROBIOLOGIE DES COMPORTEMENTS

Qui mieux qu’Henri Laborit pouvait mieux résumer cette ligne de pensée béhavioriste.

HENRI LABORIT

- Un cerveau, ça ne sert pas à penser, ça sert à agir
Henri Laborit – Mon oncle d’Amérique

Ce penseur atypique et anticonformiste est l’auteur d’ouvrages de vulgarisation scientifique sur le comportement humain dans les années 70. Il est médecin anesthésiste et il découvre les premiers neuroleptiques. Cette découverte révolutionne alors les soins en psychiatrie. Il s’attache par la suite à vulgariser une théorie neurophysiologique. Celle qui s’appuie sur une conception évolutionniste de structuration étagée du cerveau.

LA BIOLOGIE COMPORTEMENTALE

Puis, il s’intéresse au comportement animal et humain. Il baptise cette discipline, la « biologie comportementale ». Il reste conforme à cette théorie évolutionniste qui s’appuie sur la dominance étagée de caractère ontogénétique du cerveau. Dans ce contexte, il considère l’action comme une réponse adaptative face aux besoins vitaux.

Sur le plan biologique, il existerait:

QUATRE TYPES DE COMPORTEMENTS FONDAMENTAUX :
  • deux sont innés : les comportements de consommation : boire, manger, copuler; ils répondent à un stimulus interne ou un stimulus externe
  • deux autres sont acquis :

Celui de l’action récompensée ou permettant d’éviter la punition et capable de renforcement

L’autre est un comportement d’inhibition résultant de l’action punie et non récompensée.

Voici énoncées les bases du conditionnement opérant utilisé en Neurofeedback.

Résumons-nous!

Le Neurofeedback agit-il de cette unique façon?
Pourquoi avoir recours à un accompagnement actif?

Une machine automatisée ne suffirait-elle pas?

UNE THÉORIE DÉPASSÉE!

La théorie du « cerveau triunique » est sans doute obsolète.

La totale indépendance de trois cerveaux clairement distincts est aujourd’hui rejetée par de nombreux scientifiques. Ils préfèrent considérer les aires cérébrales comme des ensembles en interaction.

3- Un modèle neurointégré: le Neurofeedback EEGq

LE MODÈLE DU DÉVELOPPEMENT CÉRÉBRAL ATYPIQUE (DCA)

Ce modèle du développement cérébral atypique propose une explication à la très fréquente co-occurrence des troubles neuro-développementaux.

Une origine serait commune à des troubles développementaux différents dans leur expression.

  • L’aspect “ développemental» du modèle est fondamental.
  • L’origine serait probablement pré natale, ou d’apparition précoce.
  • Il aurait une expression symptomatique variable
  • Il n’y aurait pas une région ou un système spécifiquement atteint

015 constellation dysLa constellation Dys

ENTRE LE CERVEAU ET LE CORPS, UN DIALOGUE ININTERROMPU

A la lumière de ces informations, l’unicité entre corps et cerveau semble évidente. Cette vision globale de l’humain est aujourd’hui renforcée par les neurosciences cognitives. Elle donne accès au cerveau humaine et elle apporte également aux cliniciens des solutions d’applications nouvelles pour libérer l’individu.

LES RÉSEAUX NEURONAUX

De nombreuses recherches basées sur la neuro imagerie fonctionnelle tendent à démontrer l’importance de la connectivité des différents réseaux neuronaux.

Dans la dyslexie, la “connectivité” serait impliquée dans treize régions différentes.

LES THÉRAPIES COMBINÉES

La combinaison des techniques de Biofeedback et de Neurofeedback sont particulièrement adaptées pour une prise en charge globale de l’individu.

Il est tout à fait pertinent d’associer plusieurs modalités.

En couplant des techniques neuromotrices avec l’entraînement en Neurofeedback.

LA NOTION DE TRANSFERT

Ce “bain somato sensoriel” facilite, en quelque sorte le transfert et l’intégration perceptive plurimodale à tous les niveaux.

Conclusion

LE NEUROFEEDBACK UTILE POUR TOUS!

Au delà de cette aide efficace pour contrer ces troubles posturomoteurs associés à ceux du langage chez l’enfant Dys,

Le Biofeedback et le Neurofeedback EEG peuvent contribuer à cette recherche de bien-être si caractéristique à l’espèce humaine.

LA FRAGILITÉ, C’EST LA NORME

Au moins 20% des jeunes ont des difficultés psychologiques au cours de leur développement. Que ce soit: anxiété, dépression, stress post-traumatique, troubles d’attachement, hyperactivité, autisme, troubles d’apprentissage…)

Même bien plus!

100% des jeunes et des moins jeunes ont des fragilités ou des sensibilités. Elles touchent, la santé, les émotions, la confiance en soi, les amis ou la famille.

Mots-clés: education, psychologie, santé, science